logo FO

PHOT’AIX 2014
les Rencontres photographiques d’Aix en Provence
du 02 octobre au 15 novembre 2014

 

Affiche phot'Aix 2014
PHOT’AIX c’est deux manifestations :
La formule choisie par l'Association La Fontaine Obscure, organisatrice, depuis 2000, de cette très conviviale manifestation, reste inchangée, avec deux "volets" :
- « Regards croisés », exposition internationale confrontant le regard de photographes étrangers et de photographes français.
- « Les Parcours », une série d'expositions organisées dans toute la ville, sous forme de Parcours thématiques.

 

flyer Flyer de Phot'Aix 2014

pdf Communiqué de presse (1 Mo)

DP Dossier de presse (2,9 Mo)

pdf Communiqué de presse court (500 ko)

g Page facebook dédiée à Phot'Aix 2014

 


 

Regards croisés « Barcelone - Provence »
au musée des tapisseries, Aix-en-Provence

 

Phot’Aix 2014, Festival de la Photographe d’Aix en Provence aura lieu cette année du 2 Octobre au 15 Novembre.
Au Musée des Tapisseries, « Regards croisés », une exposition internationale confrontant le regard de photographes étrangers et de photographes français et, dans toute la ville, des expositions organisées sous forme de Parcours thématiques.

Une occasion unique de découvrir, chaque année, à la fois l’art photographique d’un nouveau pays et une floraison de nouveaux talents. Une grande fête de la photo qui attire chaque année des passionnés de photographie, venus souvent de loin et crée dans la ville une animation particulière.

Cette année, la Fontaine Obscure, organisatrice de la manifestation depuis 2000, a invité Barcelone. En s’alliant avec el INSTITUT D’ESTUDIS FOTOGRÀFICS DE CATALUNYA (IEFC), l’équivalent en Espagne de l’Ecole Nationale de la Photographie d’Arles, et en invitant de jeunes photographes catalans issus de cette Ecole à exposer à Aix, elle a choisi de faire découvrir la jeune photographie contemporaine de ce pays.

« Regards croisés 2014 Barcelone-Provence » mettra en perspective le travail de cinq artistes catalans : Enric Montès, Lùa Ocaña, Maite Guerrero, Montse López et Salvi Danès, et de 6 photographes français : Perrine Lamy-Quique, Alexandra Serrano, Geraldine Villemain, Michel Amaral et Audrey Barthes (exposant conjointement) et Xavier Blondeau, donnant a voir différentes facettes de l’art photographique d’aujourd’hui.

Comme chaque année cette manifestation bénéficie du soutien de la ville d’Aix, de la Communauté du Pays d’Aix et du Conseil Général des Bouches du Rhône ainsi que de nombreux partenaires.

 

Jeudi 2 Octobre 2014 à 18h : Inauguration "Regards Croisés", vernissage au Musée des tapisseries

Invitation au vernissage

 

La sélection 2014 Regards croisés « Barcelone - Provence » :

Salvi Danés en regard avec Xavier Blondeau
Maite Guerrero en regard avec Audrey Barthes & Michel Amaral
Montse López
en regard avec Géraldine Villemain
Enric Montes en regard avec Perrine Lamy-Quique
Lùa Ocaña en regard avec Alexandra Serrano



Salvi Danes
en regard avec Xavier Blondeau


Salvi Danés
"Dark isolation Tokyo"

Salvi Danes

http://salvidanes.com

Il existe un indéniable centre d’intérêt premier, un questionnement qui selon le point de vue occidental, il est facile de dégager. Comment vit réellement une société, chacun de ses membres, dans une organisation humaine et sociale affiché comme modèle et d’un niveau de vie envié ?
Il existe la sensation que, même s’ils profitent de tous les avantages d’une société moderne de haut niveau technologique, les habitants de Tokyo sont éloignés d’un idéal de bonheur tel que nous le percevons de façon conventionnelle. Il est indéniable que l’on peut se sentir seul, isolé au milieu d’une foule, que profiter du confort et de la sécurité économique est synonyme de pleine réalisation personnelle, qu’un rythme de vie frénétique peut finir par annuler toute initiative personnelle et toute possibilité de vie créative ; cela peut influer sur le caractère des individus et leur façon de vivre, d’appréhender le monde, dans leur relation avec autrui, dans leur autosatisfaction, leur joie, dans leur vie intérieure etc. Ils semblent que ces comportements soient la conséquence du choc qui se produit entre la préservation de son être naturel, son histoire, son identité et l’insertion dans un nouveau modèle social très moderne et techniciste dans tous ses aspects. De cette confrontation, il me semble observer une dislocation des individus vivant cette immense mégapole, comme s’ils n’avaient pu trouver une juste adaptation dans ce paradoxe où l’on se sent isolé dans une multitude.

 


Xavier Blondeau
"Présence Obscure"

http://www.xbphotographe.com

 

La série Présence Obscure veut mettre en lumière la relation que l'individu tisse avec son
PRÉSENCE OBSCURE urbanité. C'est en créant son propre environnement que l'homme a cherché à se libérer de son animalité. Il a façonné son univers en transcendant le milieu naturel, créant son habitat, ses chemins, ses lieux d'échanges, sa propre nature. Puis la ville est née, cette ville protectrice comme un rempart à l'obscur l obscur inconnu.
Cet environnement artificiel, créé à son image, symbolise sa plus remarquable conquête sur le monde. Elle représente ce à quoi l'homme aspire : avoir la maitrise de son destin face à cet univers qui lui apparait si chaotique et si désordonné. Ses chemins semblent le guider vers un futur certain, l'apaisementdevient possiblelorsqu’une doucelumière illumine son intérieur.

Maite Guerrero
en regard avec Audrey Barthes & Michel Amaral

Maite Guerrero
"Nous sommes eau"

Maite

http://www.maiteguerrero.com

L’eau est pure.
L’eau c’est de l’oxigène.
L’eau survie a n’importe quelle forme de vie.
L’eau recouvre 71% de la surface de la Terre.
Le corps de l’être humain se compose majoritairement d’eau.
Les mères donnent naissance à leurs enfants dans l’eau.
L’eau est liquide, l’eau est glace, ... l’eau est douleur.
S’immerger, couvrir, plonger, flotter, tomber, crier, sauter, tourner et rêver.
L’eau soulage les larmes, pendant qu’elle apporte joie.
L’eau est plaisir, émotion ... sacrée eau.
Les enfants rient fort, sautent et jettent de l’eau autour.
Le balancement de l’eau, éclaboussures ...
Exploration, identification, sentiment, découverte, révélation, connaissance, ...
il n’existe rien qui égale l’impact de l’eau sur nous, l’eau nous donne la vie.
Nous sommes eau.

 


Audrey Barthes & Michel Amaral
"In Vitro"

La série photographique « in vitro » nous donne à voir un monde fantastique peuplé de personnes vivants en permanence immergées, la « tête sous l’eau ». Ces êtres qui semblent absents à eux-mêmes ne respirent plus, mais restent dans l’impassibilité d’une « autre vie », d’une vie autre… Plongés dans ce milieu liquide, ils demeurent apparemment placides.
Au sein de cette dystopie, les visages observent le spectateur et paraissent conscients des regards portés sur eux. Sont-ils plus soucieux de l’image qu’ils reflètent que de leur propre vie ? Ils sont en représentation et semblent donner un spectacle infini.
On peut parfois observer des tentatives pour rejoindre à la surface, mais tels des Sysiphes modernes, ils n’atteignent jamais le monde aérien. Inlassablement ils reprennent leur posture et la représentation continue.
Sont-ils prisonniers de ce monde artificiel dans lequel ils sont immergés ou de leurs représentations ?
Dans un tel monde imaginaire, un portrait pourrait-il être objectif ?

 


Monste Lopez en regard avec Géraldine Villemain

Montse López
"Itaca"

h

http://montselopez.com

N’importe quelle Itaque est un lieu intérieur, cette origine vers laquelle, à certains moments de notre vie, nous aimons retourner. Ce n’est pas un lieu géographique, encore moins métaphysique, sinon un état. Itaque est un retour à nos origines, un retour là où l’expérience est souvenir et recouvre toute sa plénitude.
Ce travail est une petite autobiographie rassemblant une série d’images qui n’appartiennent à aucun moment, ni aucun lieu précis. Dans le désordre, au fil des souvenirs, je décris ces fragments d’affection qui me reviennent en mémoire, en essayant de créer un monde entre l’imaginaire et le réel.
Je ne sais pas où je suis, peut-être en enfance, peut-être après ; et je rassemble ces moments, figés dans la glace alors qu’ils se déroulaient encore.
Le silence enveloppe l’atmosphère. Le bruit cesse. Tout est prêt pour mon retour. J’y suis. Nous y sommes. Nous sommes là. Nous sommes dans le souvenir. Qui, petit, n’est jamais monté sur un tricycle? Qui, n’a jamais joué à la marelle? Qui, ne s’est jamais amusé en haut d’un arbre ou n’a regardé son reflet dans l’eau, ou encore joué à cache-cache avec ses frères? Qui n’a pas regardé vers son passé au travers d’une fenêtre? Qui n’a pas son lieu secret, caché au fond de son coeur?

 


Géraldine Villemain
"Sans paroles"


http://geraldinevillemain.eu


L'enfance est évocatrice de souvenirs pour chacun d'entre nous et ses
représentations se lient en général, pour l'artiste comme pour le spectateur, à une
mémoire encore présente et à des projections sans fin.
La photographie en a souvent présenté une image idyllique, insouciante et
légère, un idéal un peu nostalgique vers lequel les adultes aimeraint retourner...
Avec ce projet photographique, je souhaite bousculer le spectateur, je veux qu'il
puisse lire dans mes images l'inquiétude qui pointe dans ces portraits et ces objets
d'enfance, ces intantanés nous ramènent à des sensations perdues, inconfortables, à des
fragments d'angoisse que nous préférons oubliés.
De nos histoires personnelles, je ne montre que cela ; LE moment où le chasseur
menace Blanche Neige dans la forêt profonde, celui où l'on comprend avant le Chaperon
Rouge que sa grand-mère n'est pas dans le lit... angoisses qui surgissent juste avant la fin
heureuse qui soulage et apaise...


Enric Montes en regard avec Perrine Lamy-Quique

Enric Montes
"L'écho des choses"

h

www.enricmontes.com

 

Enric Montes produit tout un univers d'images qui apportent sur la vie quotidienne et ses formes d'autres sens, éloignés du sens commun. Baignée dans une subtile poésie, son regard porte une réflexion sur l'environnement dans lequel nous vivons sous formes de songes et d’allusions constantes à l'essence des choses.
Dans l'écho des choses nous trouvons des similitudes avec un registre d'objets trouvés. Il s'agit, sans doute, d'un travail qui a recours conceptuellement à la capacité qu’a la vision photographique directe de surpasser et de récréer la réalité. Avec cela, Montes revient aux contextes plus familiers, en évoquant le souffle mystique et secret que tout objet héberge. par le biais de scènes, plus que montrer, l’auteur insinue des présences, définit une expérience visuelle, parfois paradoxale et hallucinatoire, dans laquelle c’est au spectateur d’ouvrir la porte et de s’intéresser au contenu du récit.

Perrine Lamy-Quique
"Limons"


http://www.perrinelamyquique.com


« J’ai longtemps vécu derrière des portes et des fenêtres. Je n’allais jamais nulle
part, même pour une nuit, surtout pour une nuit. Il y a quelques années, le hasard
m’a ramenée près de mon village natal. Ce retour a réveillé des peurs. J’ai repris
l’appareil photo que mon père m’avait offert, petite, et j’ai commencé à marcher
hors de chez moi. Dans les forêts d’abord, et de plus en plus loin. J’ai rencontré des
lieux que d’autres avaient quittés, des lieux blessés. J’ai rencontré S... et l’ailleurs a
commencé. »

 


Lua Ocaña
en regard avec Alexandra Serrano

Lùa Ocaña
"Rainstorming"

h

www.luaocana.com

Le projet est né de l’idée de faire une rétrospective un peu particulière de mon travail entre 2007 à aujourd’hui, sept ans contenus dans des images où les dates et les lieux sont vidés de leur importance. En fonction du postulat qui dit que tout ce qui émerge d’un même point a quelque chose de commun - cette origine créatrice - j'ai réuni cette collection d'images. Mon regard est l'origine, un point subjectif de comment je sens les différents espaces et les détails qui m’entourent. Dans ces images, la vision au travers de l’appareil photo passe du rationnel à l'incorporel. Et c’est dans ce monde onirique, dans cet univers non tangible, ce monde où ces photographies vont s’accumuler les unes à côté des autres, que j'ai parcouru plusieurs fois ce même chemin sans m'apercevoir que c’était déjà un terrain connu. Le temps écoulé entre les prises de vue cesse d'être un frein afin que les images trouvent une cohésion, et créent alors le portrait de ce monde imaginaire. Ici prime l'émotion, le sensible au-delà du sensoriel, ce qui transmet l'instantané au-delà du contenu réel. Le discours visuel de ces photographies est vivant, il va et vient, il est presque labyrinthique, avec des détours obscurs, lugubres, remplis de nostalgie et d'écho. Avec une essence atemporelle, nous ne savons pas s'il s'agit d'une réalité ou d’un rêve, de passé, présent ou futur.

 


Alexandra Serrano
"Between Finger and Thumb"

www.alexandraserrano.com

Between Finger and Thumb est un travail autobiographique né d'un besoin d'appartenance, d'un désir vital de renouer avec son passé afin d'acquérir une meilleure connaissance de soi pour ensuite mieux s'orienter. Car le passé est le terrain qui constitue notre horizon, le point de départ duquel notre vie tirera son sens.
Dans ce projet, je me sers de l'appareil photographique pour mettre en scène et reconstruire les souvenirs les plus intenses que je garde de mon enfance, le tout dans un lieu unique qu'est la maison dans laquelle j'ai grandi : la maison natale. De ses murs, de ses coins et recoins s'effritent mes souvenirs, traces fragiles de mon histoire, que j'ai minutieusement collecté dans le but de raviver mon passé. Un passé enchevêtré d'anecdotes et d'évènements dépareillés. Un récit décousu auquel je tente désespérément de recoudre les fils, fils auxquels je me raccroche et qui me retiennent tel un parachute.
Chaque image présente dans la série correspond à un sentiment, un événement précis et chaque scenario construit met en avant la force d'évocation que peuvent acquérir les objets familiers et choses sans importance.

 


 

« Les Parcours » 2014
40 photographes - 28 lieux d'expositions

 


Interview de Sylvain Condémi, le responsable des Parcours, pour la radio France Bleu Provence

Logo France Bleu


Avec 28 lieux d'expositions, « Les Parcours » permettront de découvrir, en flânant dans les rues d'Aix, une floraison de talents : pas moins de 40 photographes, inspirés par les thèmes : "Carnets de voyage", "l'Humain dans l'Urbain", "Les murs ont la parole", choisis par les Galeries de la ville ou sélectionnés par la Fontaine Obscure qui organise également dans sa Galerie un exposition sur "La mémoire".

 

Cette année, sept Parcours Photographiques :
- "Carnets de voyage" 1 et 2
- "L'Humain dans l'Urbain", à la Galerie de la SEMEPA
- "La sélection de la Fontaine Obscure"
- "Le choix des galeries"
- "Les Murs ont la parole", au Lycée Vauvenargues
- "La Mémoire en regard ", Galerie de la Fontaine Obscure

 

Calendrier des évènements

Jeudi 2 Octobre 2014 : Inauguration des "Regards Croisés"
18h : Visite commentée de l'exposition en présence des photographes
19h : Vernissage Musée des tapisseries

Vendredi 3 Octobre 2014 : Inauguration du Parcours "Le choix des Galeries"
17h-19h : Parcours commenté "Le choix des Galeries". Départ de Provence photo vidéo (Phox Sextius), 5 Cours Sextius
19h : Vernissages dans les différents lieux

Samedi 4 Octobre 2014 : Parcours "Carnets de Voyage 1 et2 " et Vernissage des Parcours

10h : Parcours commenté "Carnet de Voyage 1". Départ de l' Atelier Déjeuner, 15 rue Boulegon
15h  : Parcours commenté "Carnet de voyage 2". Départ de l'hôtel des Augustins, 3 rue de la masse
18h : Vernissage du Parcours "La Mémoire en regard " à la Galerie de la Fontaine Obscure
19h : Vernissage officiel des "Parcours", avec présentation de l'ensemble des expositions (diaporama), et quelques autres surprises...

Jeudi 9 octobre 2014 : Parcours "les Murs ont la parole"
18h-20h : Vernissage au Lycée Vauvenargues, 60 bd Carnot

Samedi 11 Octobre 2014 : Parcours "La sSélection de la Fontaine Obscure"
10h-12h : Parcours commenté de "La sélection de la Fontaine Obscure". Départ de l'Hôtel Aquabelle, 2 rue des Etuves

Mercredi 15 Octobre 2014 : Parcours "L'humain dans l'Urbain"
18h : Vernissage, Galerie de la SEMEPA, 4 rue Lapierre

 

 

d

Marie Christine Brabant, "Variations chromatiques", Parcours "l'humain dans l'urbain", Galerie de la SEMEPA

 

dfg

Seb Blandino, "Bénarès", Parcours "Carnets de voyage", Igloo

La Fontaine Obscure & Phot'Aix 2014 ont reçu le soutien des partenaires suivants :

Partenaires


 

France Bleu Provence France Bleu Provence, partenaire de Phot'Aix 2014

Une convention a été signée entre La Fontaine Obscure et France Bleu Provence qui a labellisé Phot'Aix 2014 comme un "Evenement France Bleu Provence". Elle permet aux auditeurs de notre Région de bénéficier (sur les ondes et sur le site de France Bleu Provence) d'informations régulières sur les nombreuses manifestations prévues dans ce cadre en Octobre et Novembre 2014.

4 Rendez-vous "Phot'Aix" sur France Bleu :

1) le 27 septembre à 18 h 15 : Marc Celerier, Fondateur de la Fontaine Obscure et Regards Croisés, retrace la création de Regards Croisés en 2000 et son évolution jusqu'au Phot'Aix 2014

2) le 2 octobre à 6 h 15 : Brigitte Manoukian, Présidente de la Fontaine Obscure présente Regards Croisés Barcelone-Provence 2014 au Musée des Tapisseries

3) le 12 octobre, à 11 h 15 : Sylvain Condemi, Coordonnateur des Parcours Phot'Aix présente les 7 parcours photographiques déployés dans toute la ville d'Aix

4) le 25 octobre à 7 h 40 : Anne Charmasson, Vice Présidente de la Fontaine Obscure responsable de la communication, fait un premier bilan de Phot'Aix à mi Parcours

 

la Fontaine Obscure - Espace Photographique Galerie, 24 av. Henri Poncet, 13090 Aix-en-Provence | copyright © Fontaine Obscure - Tous droits réservés.